Български Čeština‎ Dansk Deutsch English Español Ελληνικά Français Hrvatski Italiano Magyar Maltese Nederlands Norsk bokmål Polski Português Русский Română Slovenščina Svenska

Il est temps pour une PAC qui respecte le respect des droits des travailleurs! L'heure de la conditionnalité sociale!

Les syndicats jugent inacceptable et trompeur de qualifier les droits des travailleurs de bureaucratie

Bruxelles - 14 avril 2021 - Une nouvelle saison de récolte a commencé mais très peu de choses ont changé pour les travailleurs agricoles en Europe: le travail non déclaré, les salaires de misère, les normes de santé et de sécurité déplorables et les logements insalubres restent des défis récurrents dans la vie quotidienne des travailleurs agricoles, malgré le rôle essentiel qu'ils jouent tout au long cette pandémie honteuse. Dans ce contexte, les institutions de l'UE ont l'opportunité immédiate de montrer qu'elles ont cessé de négliger ces problèmes de longue date en s'accordant sur une réforme de la PAC comprenant un mécanisme de conditionnalité sociale. Lier les subventions de la PAC au respect des droits des travailleurs serait non seulement éthiquement correct et facilement applicable, mais cela contribuerait également de manière significative à l'amélioration des conditions de travail dans l'un des secteurs les plus précaires de l'économie.

À la suite de l'adoption d'un vaste mécanisme de conditionnalité sociale dans la position du Parlement européen en première lecture en octobre dernier, la Commission a présenté trois options différentes début février. Malheureusement, un seul d'entre eux est soumis à la conditionnalité sociale, tandis que les autres n'ont rien à voir avec le besoin criant de lier les subventions de la PAC au respect des droits des travailleurs.

Dans le même temps, plusieurs États membres s'opposent toujours à la conditionnalité sociale en se référant souvent à des arguments trompeurs et faux. Un groupe de 13 pays dirigé par l'Autriche a publié une proposition conjointe à la fin du mois de février disant que «toute forme de« conditionnalité »supplémentaire augmenterait considérablement les charges administratives.» La proposition avancée est que les services de conseil agricole (FAS) de la PAC fournissent aux agriculteurs et aux travailleurs des informations sur les conditions de travail: une tentative claire de remplacer la conditionnalité sociale par quelque chose de faible et d'inefficace.

Lors du dernier Conseil AgriFish (22-23 mars), la présidence portugaise a soumis et discuté avec les ministres de l'agriculture une proposition supplémentaire qui s'appuie sur celle conduite par l'Autriche.

Kristjan Bragason, secrétaire général de l'EFFAT, la Fédération européenne des syndicats de l'alimentation, de l'agriculture et du tourisme, annonce que les syndicats ne reculeront pas: «Si nous voulons que la nouvelle PAC contribue à relever les normes du travail dans l'agriculture, il n'y a pas d'alternative à la conditionnalité sociale. Après tout ce que les travailleurs agricoles ont fait pour mettre de la nourriture sur nos tables tout au long d'une pandémie mondiale, nous ne pouvons pas accepter que les employeurs nient les droits des travailleurs et continuent de recevoir des financements publics.

En ce qui concerne l’affirmation de certains employeurs et de certains gouvernements selon laquelle la conditionnalité sociale créerait une paperasserie et une bureaucratie supplémentaires, il précise: «Il y a de plus en plus de discours trompeurs sur la conditionnalité sociale. Il est honteux de parler de «nouvelles formalités administratives» quand on parle des droits des travailleurs. Cette affirmation est même fausse puisque la conditionnalité sociale se réfère à des conditions de travail déjà applicables. De plus, comme le demande le Parlement européen, les organes existants chargés de vérifier les violations des droits des travailleurs seraient impliqués, sans entraîner une nouvelle charge pour les contrôleurs de la PAC. La conditionnalité sociale consiste simplement à relier les points, rendant une part importante du budget de l'UE conditionnelle au respect des droits des travailleurs. N'oublions pas que la même chose s'applique déjà aux normes environnementales et au bien-être animal. Les travailleurs valent-ils moins que les animaux et les plantes? »

L'inclusion de la conditionnalité sociale dans la prochaine réforme de la PAC est de plus en plus soutenue. Dans un Lettre ouverte promus par l'EFFAT et cosignés par plus de 300 organisations et personnalités, les signataires appellent les ministres nationaux de l'Agriculture, la Commission et le Parlement européen à inclure la conditionnalité sociale dans l'accord final sur la prochaine réforme de la PAC actuellement en trilogue.

Avant les prochains trilogues, l'EFFAT réitère son appel aux colégislateurs pour soutenir cette vaste demande de justice sociale et d'équité dans l'agriculture.

Il est temps pour une PAC qui respecte le respect des droits des travailleurs! L'heure de la conditionnalité sociale!

Suivez-nous

FacebookYoutubeInstagramLinkedin

Chargé de projet pour les Campagnes


Événements

Congrès 2019

%d blogueurs comme ceci: