Réaction de l'EFFAT à l'épidémie de COVID-19

Compte tenu de la propagation du coronavirus en Europe, officiellement proclamée par l'Organisation mondiale de la santé comme pandémie mondiale, l'EFFAT exprime sa préoccupation face à l'aggravation de la crise de santé publique dans de nombreux pays d'Europe et au potentiel réel d'un ralentissement économique mondial grave et durable. . Face à une telle urgence sans précédent, l'EFFAT s'inquiète pour la santé, la sécurité et la sécurité de l'emploi des travailleurs de la ferme à l'assiette.

L'EFFAT salue les initiatives annoncées jusqu'à présent par la Commission européenne, notamment le recours à la flexibilité fiscale et la mise en place d'un plan d'investissement Corona. À la fois, L'EFFAT appelle à un renforcement et une coordination plus efficace entre les États membres de l'UE ainsi que pour le déploiement rapide d'un ensemble de mesures européennes visant à sauvegarder la santé et les revenus des citoyens et des travailleurs, à soutenir l'économie et à protéger les emplois.

En particulier, les travailleurs de l’EFFAT secteur hôtelier sont en contact direct avec le public et, à ce titre, sont plus à risque de contracter la maladie et de la transmettre à d'autres. De plus, ces travailleurs sont les premières victimes de la perturbation de l'industrie touristique qui a suivi l'épidémie de coronavirus en Europe.

Dans le secteur agricole, l'épidémie de coronavirus exacerbe le risque de paralysie dans le travail de nombreuses exploitations en Europe, ce qui ajoute aux difficultés sur les marchés nationaux et étrangers. Les mesures restrictives adoptées dans les zones à forte activité agricole affectent fortement le secteur. En Italie, de nombreux agriculteurs n'ont pas pu accéder aux paiements de la PAC en raison de difficultés à soumettre les documents pertinents. Aucun de ces phénomènes n'a laissé les travailleurs indemnes.

Dans le industrie alimentaire, les perturbations déterminées par la pandémie représentent une menace importante pour les performances du secteur alimentaire dans les zones les plus durement touchées par la maladie. La production alimentaire doit bien entendu être assurée à tout moment. Pour cette raison, les usines de transformation des aliments doivent mettre en œuvre des mesures de précaution renforcées contre le virus pour protéger la santé des travailleurs du secteur alimentaire. Afin de soutenir l'exportation de denrées alimentaires, l'EFFAT appelle la Commission européenne à lutter contre la désinformation qui a conduit certains pays à demander même des certifications sanitaires insensées «sans virus» sur les produits alimentaires provenant de certaines régions européennes où le virus est plus répandu.

L'EFFAT n'oublie pas que pour des milliers de travailleurs domestiques opérant dans l'économie souterraine et sans sécurité sociale, l'auto-isolement pourrait ne pas être une option. Aller au travail représente également un risque qui menace leur santé.

Dans les régions où le verrouillage s'applique, cavaliers de livraison de nourriture à travers l'Europe sont soumis à une énorme pression qui montre une fois de plus à quel point leur statut précaire est inacceptable.

À la lumière de cette situation d'urgence, les travailleurs des secteurs de l'EFFAT sont confrontés à la perspective ou à la réalité de périodes sans salaire garanti - à mesure que leurs horaires sont réduits, qu'ils sont obligés de s'isoler ou qu'un nombre croissant de régions européennes se bloquent. vers le bas.

L'EFFAT appelle tous les gouvernements nationaux et les institutions de l'UE, ainsi que les employeurs nationaux opérant dans les secteurs européens de l'agriculture, de l'alimentation, du tourisme et des travailleurs domestiques à:

  • Veiller à ce que la santé du personnel soit une priorité absolue et suivre les mesures de santé et de sécurité imposées / recommandées par chaque État membre pour limiter la contagion et l'exposition des travailleurs à la maladie.
  • Faites tout ce qu'il faut pour sauvegarder l'emploi et soutenir les salaires des travailleurs.
  • Trouver des solutions, en étroite collaboration avec les syndicats, pour lutter contre tout impact temporaire sur l'emploi, dans le but d'éviter les licenciements et les suppressions d'emplois. Une attention particulière doit être accordée aux travailleurs précaires et atypiques, qui sont souvent exclus des mêmes droits et protections que les autres travailleurs.
  • Veiller à ce que tous les travailleurs présentant des symptômes, placés en quarantaine, ainsi que ceux qui sont obligés de rester à la maison pour prendre soin des membres de leur famille malades ou en quarantaine, puissent prendre un congé sans craindre de perdre leur emploi ou le revenu.

Sur une base plus large, dans tous les secteurs de l'EFFAT, il sera important que les employeurs:

  • Adopter des protocoles clairs pour protéger la santé des travailleurs à appliquer dans tous les lieux de travail, également dans le plein respect de la réglementation sur la sécurité alimentaire
  • Élaborer des plans d'urgence en cas de suspicion de cas de COVID-19 dans les locaux
  • Conseillez aux travailleurs soupçonnés d'être infectés de contacter les services de santé à distance et de s'isoler eux-mêmes à domicile pendant au moins deux semaines et jusqu'à disparition des symptômes.
  • Dans la mesure du possible, promouvoir le travail intelligent (par exemple, le travail à domicile pour le personnel employé dans les bureaux)

L'EFFAT appelle également les gouvernements et les institutions de l'UE à fournir un soutien aux entreprises et aux travailleurs pour lutter contre l'impact sur l'emploi et les entreprises (par exemple, allégements fiscaux; prêts de liquidité à court ou moyen terme, travail temporaire à court terme).

Nous sommes face à une bataille longue et difficile. Des mesures extraordinaires urgentes sont nécessaires.
L'EFFAT appelle à la protection de la santé de tous les citoyens et travailleurs. Ce combat ne peut être gagné qu'avec l'engagement de tous.

Suivez-nous

Lire notre dernière newsletter

Les Campagnes


Congrès 2019