Български Čeština‎ Dansk Deutsch English Español Ελληνικά Français Hrvatski Italiano Magyar Maltese Nederlands Norsk bokmål Polski Português Русский Română Slovenščina Svenska

À l'occasion de la Journée internationale des travailleurs domestiques 2020, les syndicats et les groupes de travailleurs domestiques alliés sont au premier plan les efforts essentiels, mais souvent sous-évalués ou négligés des travailleurs domestiques en Europe et dans le monde. Aucun travailleur n'a été à l'abri de la crise des coronavirus, mais les travailleurs domestiques ont été particulièrement sollicités.
L'EFFAT estime qu'il y a environ 2.6 millions de travailleurs domestiques en Europe, dont plus de la moitié travaillent de manière non déclarée. La nature de leur travail - dans des maisons privées - a rendu les travailleurs domestiques incroyablement vulnérables à la fois aux risques directs pour la santé de COVID-19 et aux effets secondaires financiers du verrouillage et de la distanciation sociale imposés par les États. Plus clairement, il a offert à de nombreux travailleurs domestiques un choix incontournable: leur revenu ou leur santé!
Bien que la situation se soit améliorée, un grand nombre de travailleurs domestiques n'ont toujours pas d'équipement de protection individuelle (EPI) adéquat. Alors que la prévalence des formes d'emploi atypiques dans le secteur a laissé de nombreux travailleurs domestiques hors de la couverture des programmes de maintien de l'emploi ou de soutien du revenu mis au point en réponse à la pandémie.
Début avril 2020, l'EFFAT a cherché à résoudre ces problèmes dans un Déclaration commune sur la pandémie de COVID-19 dans les services personnels et domestiques (PHS) publié en coopération avec la Fédération européenne pour l'emploi familial et les soins à domicile, la Fédération européenne pour les services aux particuliers et UNI-Europa, et soutenu par la Fédération internationale des travailleurs domestiques. Cette déclaration a présenté une série de propositions pour relever les défis sanitaires et financiers associés à l'épidémie de COVID-19, de fourniture adéquate d'EPI et l'accès à congé de maladie, au extension des mesures existantes de soutien financier et à l'emploi (y compris le droit de demander un chômage économique temporaire ou un travail de courte durée) et le paiement différé des cotisations de sécurité sociale et des impôts.
De plus, parce qu'environ 70% de tous les travailleurs domestiques en Europe n'ont aucun contrat - et donc aucune protection sociale - l'EFFAT et ses affiliés font pression pour la régularisation des travailleurs domestiques sans papiers ainsi que des mesures plus strictes pour empêcher l'emploi informel.
Le travail domestique est un travail. Et les droits des travailleurs domestiques doivent être respectés - dont le droit à travailler sans crainte de harcèlement sexuel et de violence. L'EFFAT appelle les gouvernements du monde entier ratifier Convention 189 de l'OIT comme base de référence pour les normes du travail dans le secteur, et suivre l'exemple de l'Uruguay et ratifier Convention 190 de l'OIT sur la violence et le harcèlement.
Commentant à l'occasion de la Journée internationale des travailleurs domestiques, le secrétaire général de l'EFFAT, Kristjan Bragason, a déclaré:
«Chaque 16 juin, il nous est rappelé de nous unir et de soutenir les travailleurs domestiques dans leurs efforts pour s'organiser et lutter pour leurs droits en tant que travailleurs. EFFAT vous accompagne.
«Cette année, nous attirons l'attention sur les effets du coronavirus, qui a sans aucun doute aggravé la situation des travailleurs domestiques. Dans le même temps, il est également important de se rappeler que COVID-19 n'est pas à l'origine de nombreux problèmes qui affligent le secteur.
«Il n'est pas acceptable que dans l'une des régions les plus riches du monde, nous permettions aux travailleurs domestiques d'être payés en dessous d'un salaire décent, d'être exclus des régimes de protection sociale existants et parfois de devenir la proie de l'esclavage moderne.
«Il n'est pas non plus acceptable que les injustices du secteur toucher principalement les femmes et les travailleurs migrants, qui constituent la grande majorité des effectifs des PHS.
«Les travailleurs domestiques migrants ont été particulièrement vulnérables pendant la crise du coronavirus, car les permis de séjour sont souvent liés à l'emploi. Et les risques pour les travailleurs domestiques migrants sans papiers sans accès à une compensation de revenu ou à des protections sociales - même en cas de maladie ou de licenciement - n'ont pas besoin d'explication.
«C'est pourquoi, l'EFFAT réaffirme aujourd'hui son engagement dans la lutte collective pour les droits des travailleurs domestiques.»
_________________
Notes
Depuis plus de 10 ans, l'EFFAT intensifie son soutien aux travailleurs domestiques en Europe. Depuis le congrès de l'EFFAT en novembre 2019, cet engagement s'est manifesté dans les nouveaux statuts de l'EFFAT, le cadre politique de l'EFFAT 2020-2024 et le plan d'action de l'EFFAT 2020-2021. Par exemple, il doit y avoir une assemblée sectorielle annuelle pour les travailleurs domestiques, en plus des assemblées générales existantes pour les autres secteurs de l'EFFAT.
Contact presse: Steve Gilmore - s.gilmore@effat.org

%d blogueurs comme ceci: