Български Čeština‎ Dansk Deutsch English Español Ελληνικά Français Hrvatski Italiano Magyar Maltese Nederlands Norsk bokmål Polski Português Русский Română Slovenščina Svenska

Le 16 juin 2019, l'EFFAT a rejoint la Fédération internationale des travailleuses et travailleurs domestiques (IDWF) pour réclamer une Convention de l'OIT ferme sur l'élimination de la violence et du harcèlement dans le monde du travail.

Plus de 100 millions de femmes travaillent comme domestiques dans le monde, la plupart sans droits ni protection de base. En raison d'une relation employeur-employé très déséquilibrée, les travailleurs domestiques sont mal reconnus et très exposés à l'isolement et à la violence.

Le jour même, des travailleurs domestiques du monde entier se sont rendus à l'OIT à Genève. Ils ont donné une voix à leurs histoires de lutte et ont expliqué pourquoi une recommandation pour mettre fin à la violence et au harcèlement est nécessaire dans une convention de l'OIT.

Compte tenu des récents meurtres à Chypre de 5 travailleuses domestiques migrantes et de 2 filles, cet appel n'a jamais été aussi approprié. L'EFFAT souscrit pleinement à l'IDWF lettre qui a été envoyée au Président de Chypre, invitant Chypre à reconnaître et à protéger les travailleurs domestiques, y compris les travailleurs domestiques migrants, et à ratifier la Convention 189 de l'OIT sur le travail décent pour les travailleurs domestiques.

L'organisation des travailleurs domestiques en Europe et la lutte contre la violence et le harcèlement sur le lieu de travail continuent d'être prioritaires pour l'EFFAT.

%d blogueurs comme ceci: