Български Čeština‎ Dansk Deutsch English Español Ελληνικά Français Hrvatski Italiano Magyar Maltese Nederlands Norsk bokmål Polski Português Русский Română Slovenščina Svenska

Communiqué de presse | Lettre ouverte: la nouvelle PAC a besoin d'une conditionnalité sociale

Un mouvement de plus de 300 organisations et personnalités exhorte les fonds de la PAC de l'UE à être conditionnés au respect des droits du travail dans l'agriculture.

Bruxelles - 17 février 2021: Alors que les négociations interinstitutionnelles sur la réforme de la politique agricole commune (PAC) sont en cours, l'EFFAT, la Fédération européenne des syndicats de l'alimentation, de l'agriculture et du tourisme, a promu le lancement d'un lettre ouverte cosigné par plus de 300 syndicats, ONG, OSC, personnalités de haut niveau et membres du monde universitaire.

La lettre, adressée aux principaux commissaires, aux députés européens chargés des négociations du Parlement européen et aux ministres nationaux de l'agriculture, demande que la conditionnalité sociale fasse partie de la prochaine réforme de la PAC: les paiements directs aux employeurs devraient être conditionnés au respect des conditions de travail et d'emploi applicables en vertu des conventions collectives pertinentes, du droit national et de l'UE ainsi que des conventions de l'OIT.

Une large coalition s'est jointe à cet appel majeur pour la justice sociale dans le secteur agricole, l'un des plus difficiles et des plus précaires de l'économie de l'UE *, avec des niveaux élevés de vol de salaire, de travail non déclaré, d'abus de main-d'œuvre et d'exploitation. Les signataires ont uni leurs forces pour s'opposer à une PAC qui néglige cette réalité. Une solution facilement applicable est en vue: la conditionnalité sociale contribuerait à améliorer les conditions de vie et de travail de millions de travailleurs dans l'agriculture.

`` Là où l'expérience vécue par une grande partie des travailleurs agricoles est celle de la lutte et de la faiblesse des salaires, il est inacceptable de voir que le respect des droits de l'homme et du travail ne joue absolument aucun rôle dans l'attribution des paiements directs de la PAC de l'UE, en particulier lorsque la PAC reçoit 1/3 du budget total de l'UE »- a commenté Kristjan Bragason, secrétaire général de l'EFFAT, - et a ajouté:« C'est formidable de voir autant d'acteurs différents se rassembler autour d'un principe crucial: les droits des travailleurs ne sont pas des formalités administratives; sans le respect des normes du travail, la PAC ne sera jamais vraiment durable ».

Le Parlement européen a soutenu les demandes de l'EFFAT et a adopté une position claire en première lecture appelant à l'inclusion de la conditionnalité sociale dans la future PAC. L'EFFAT et ses partisans exhortent désormais les colégislateurs et les États membres à accepter et à renforcer davantage la position du Parlement, en veillant à ce que la conditionnalité sociale fasse partie de l'accord final.

La lettre ouverte sera ouverte à d'autres co-signatures sur le site web de l'EFFAT après sa publication.

* 61.2% des travailleurs agricoles de l'UE exercent un emploi informel - Source: calculs de l'OIT basés sur les statistiques de l'UE sur le revenu et la vie: lien

-Prend fin

Contact médias: Maddalena Colombi | m.colombi@effat.org | +32 488337409

 

Suivez-nous

FacebookYoutubeInstagramLinkedin

Chargé de projet pour les Campagnes


Événements

Congrès 2019

%d blogueurs comme ceci: