Български Čeština‎ Dansk Deutsch English Español Ελληνικά Français Hrvatski Italiano Magyar Maltese Nederlands Norsk bokmål Polski Português Русский Română Slovenščina Svenska

Ce vendredi 12 juin 2020, l'EFFAT et ses alliés à travers le mouvement syndical mondial marquent Journée mondiale contre le travail des enfants.

Cette année, l'accent est mis sur l'impact sur le travail des enfants de la pandémie de coronavirus. Selon l'Organisation internationale du travail (OIT), les chocs économiques et du marché du travail qui en résultent menacent de plonger des millions de personnes dans l'insécurité et la pauvreté. Malheureusement, plusieurs études ont indiqué que cela peut entraîner une augmentation notable du travail des enfants.

Le travail des enfants est un problème particulier pour les secteurs de l'alimentation et de l'agriculture dans le monde. Comme l'EFFAT et nos affiliés l'ont souligné à la même époque l'année dernière, jusqu'à 2 millions d'enfants en Afrique de l'Ouest sont exploités dans le cadre de l'industrie du cacao. Toute augmentation de ces chiffres due au coronavirus serait non seulement un outrage moral et une tragédie humaine, mais une preuve supplémentaire que les fabricants de chocolat ont renié leur engagement de 2010 d'éradiquer le travail des enfants dans leur production d'ici la fin de la décennie.

Le comité directeur de l'EFFAT sur le cacao continue de s'attaquer de front au problème du travail des enfants. En décembre 2019, les affiliés de l'EFFAT FGTB-ABVV Horval en Belgique et FNV aux Pays-Bas ont organisé un atelier réunissant des délégués syndicaux des entreprises de transformation du cacao, des collègues et des représentants des travailleurs du Ghana, de la Côte d'Ivoire, du Brésil, de l'Indonésie et de l'Allemagne pour discuter d'une éventuelle approches pour éliminer le travail des enfants et les mauvaises conditions de travail dans la production de cacao. Cela a été suivi en janvier 2020 par une réunion d'introduction avec Caobisco (Chocolat, Biscuit et Confiserie d'Europe) pour discuter de la diligence raisonnable dans la chaîne de valeur du cacao.

Il ne s'agit pas de distinguer l'industrie du cacao. Le travail des enfants est trop courant dans les exploitations et plantations de café, de thé, de canne à sucre et de fruits et légumes, pour n'en citer que quelques-unes. Elle est souvent associée à des conditions de travail dégradantes et brutalement exploitables, et étayée par la violence.

En tant que tel, l'EFFAT continue de faire pression au niveau européen pour une directive complète sur la diligence raisonnable et la conduite responsable des entreprises qui oblige les entreprises agroalimentaires à observer et respecter les droits de l'homme - y compris les droits des travailleurs et des syndicats - (et les impératifs environnementaux) tout au long de leur activités et relations commerciales, couvrant à la fois leurs chaînes d'approvisionnement mondiales et de sous-traitance.

Nous pensons qu'il est temps de mettre en place un cadre de diligence raisonnable garantissant que les entreprises et les institutions financières qui opèrent au sein de l'UE sont tenues responsables de tout abus et préjudice sur leur territoire. et global opérations. Par extension, la codification dans la loi du devoir des entreprises de respecter les droits de l'homme et l'environnement devrait inciter davantage les entreprises à s'autocontrôler, c'est-à-dire à identifier, atténuer et prévenir tout abus en amont dans leurs opérations elles-mêmes à un stade plus précoce. Les syndicats devraient jouer un rôle central dans la définition et la mise en œuvre des initiatives de diligence raisonnable des entreprises.

Ainsi, une directive obligeant les entreprises à effectuer des analyses complètes des risques de la chaîne d'approvisionnement constituerait une avancée importante dans la protection contre le travail des enfants. Nous ne pouvons pas laisser le coronavirus voler encore plus d'enfants de leur enfance. Plus que jamais, nous devons protéger les enfants du travail des enfants.

Informations complémentaires utiles:

Rapport spécial de l'OIT - COVID-19 et le travail des enfants: un temps de crise, un temps pour agir.

»Destiné à (L) gagner: une discussion sur le travail des enfants dans l'agriculture», une conférence produite par l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), en collaboration avec le Partenariat international pour la coopération sur le travail des enfants dans l'agriculture (IPCCLA).

Déclaration de l'UITA avec des liens vers les affiches sur le cacao affiliées à l'UITA-EFFAT