Български Čeština‎ Dansk Deutsch English Español Ελληνικά Français Hrvatski Italiano Magyar Maltese Nederlands Norsk bokmål Polski Português Русский Română Slovenščina Svenska

Cette déclaration est appuyée par IDWF (Fédération internationale des travailleuses domestiques)

Partout en Europe, les organisations de prestataires de services personnels et domestiques (PHS), les employeurs privés et les travailleurs se mobilisent pour relever les défis de la pandémie de COVID-19. Le but ultime est de continuer à fournir un soutien aux familles et aux communautés, tout en garantissant les droits et la protection des travailleurs des PHS (travailleurs domestiques et à domicile).

Il y a 8 millions de travailleurs PHS formels(1) dans l'UE et au moins autant de travailleurs non déclarés. Ils fournissent des services liés aux soins dans les foyers des personnes tels que la garde d'enfants, les soins aux personnes âgées et aux personnes handicapées (environ 60% des activités de PHS) ainsi que des services de soutien aux ménages tels que le nettoyage, le repassage, les réparations à domicile, le jardinage, etc. (environ 40% des activités PHS). Plutôt que d'être actuellement identifié comme un seul secteur professionnel, la caractéristique principale des PHS est le lieu où les activités professionnelles ont lieu, à savoir le ménage privé.

EFFAT, EFFE, EFSI et UNI-Europa souligner le dévouement des travailleurs des PHS à leur travail pendant la pandémie de COVID-19. Cependant, nous partageons deux préoccupations principales pour les secteurs PHS et appelons les autorités à prendre d'urgence des mesures appropriées à l'égard de ces secteurs. En outre, nous exprimons notre engagement mutuel dans la mise en œuvre et le partage des meilleures pratiques visant à protéger les travailleurs des PHS en cette période de crise.

Premièrement, compte tenu de la nature des PHS qui sont de fournir des soins et un soutien aux personnes, y compris aux personnes qui peuvent être beaucoup plus exposées au COVID-19 que la population en général, la continuité des services doit être assurée tout en garantissant la sécurité des travailleurs des PHS. et les utilisateurs.

Les travailleurs des PHS connaissent déjà une augmentation substantielle de la charge de travail pour assurer la propreté et l'hygiène. Surmontant l'anxiété, ils continuent de fournir des soins à de nombreuses personnes âgées ou handicapées et de s'occuper des enfants, permettant aux professionnels de la santé et aux travailleurs d'autres professions clés de travailler. Cependant, la santé et la sécurité des travailleurs PHS ne doivent pas être négligées. Ils doivent être adéquatement protégés afin de pouvoir participer efficacement aux efforts de lutte contre le virus.

Par conséquent, EFFAT, EFFE, EFSI et UNI-Europa appeler les autorités à:

  • émettre des instructions détaillées en matière de santé et de sécurité à l'intention des agents PHS, y compris des conseils sur la façon de se comporter avec les clients suspectés d'être atteints de COVID-19 et sur la manière de limiter les risques pour les agents PHS en ce moment, en particulier en tenant compte du fait que certaines personnes infectées par COVID-19 sont asymptomatiques . De même, des informations précises devraient être fournies aux ménages sur les mesures de prévention qu'ils doivent prendre à leur domicile afin de protéger la santé de leur travailleur PHS autant que la leur. Des protocoles et des directives décents pour les visiteurs devraient être en place pour la sécurité des travailleurs et des ménages des PHS, qu'ils soient des employeurs ou des utilisateurs des travailleurs des PHS, ainsi que des protocoles pour que les clients signalent l'exposition et l'exposition potentielle avant les visites. Ce sont toutes des conditions préalables pour éviter un environnement stressant et dangereux à la fois pour les travailleurs des PHS et les personnes auxquelles ils fournissent des soins et du soutien.
  • assurer l'accès à un équipement de protection individuelle (EPI) approprié aux travailleurs des PHS, tels que masques, gants, gel désinfectant, etc., étant donné les risques de contagion dans les soins et le soutien fournis dans les maisons privées et en particulier aux personnes vulnérables. Une formation adéquate sur la manière d'utiliser correctement ces EPI doit être dispensée, ainsi que sur le COVID-19 et la prévention des maladies infectieuses. Les travailleurs de PHS travaillant comme aides à domicile font partie du système de santé général et doivent bénéficier des mêmes mesures de protection que les autres travailleurs du secteur de la santé. Ils devraient avoir un accès prioritaire aux tests COVID-19 car les travailleurs doivent savoir s'ils sont eux-mêmes contagieux.
  • éviter qu'en raison d'un manque d'équipement, de pénuries de personnel ou de contraintes financières, les prestataires de PHS se trouvent dans une situation où ils ne sont pas en mesure de continuer à fournir des services de soins essentiels aux personnes vulnérables et sont contraints de geler ou de fermer leurs activités. Par conséquent, les autorités devraient envisager une flexibilité temporaire concernant les exigences en matière de services et garantir le paiement intégral des services de soins à domicile aux niveaux d'avant la crise.
  • assurer des congés de maladie et l'accès aux soins de santé pour les travailleurs des PHS afin qu'ils ne soient pas obligés de choisir entre être rémunérés et éventuellement mettre en danger les personnes auxquelles ils apportent un soutien. De même, lorsque les travailleurs des PHS tombent malades, ils devraient pouvoir rester à la maison et être couverts par des congés de maladie, y compris ceux qui sont en quarantaine et infectés, sans crainte de perdre leur emploi ou leurs revenus.
  • prévoir des exceptions pour que les travailleurs des PHS traversent les frontières nationales, car de nombreux travailleurs des PHS sont des migrants et sont actuellement dans certains pays dans l'incapacité de franchir les frontières et de fournir un travail essentiel.

Toutes ces mesures sont de la plus haute importance car la demande devrait augmenter en raison à la fois de l'augmentation de la maladie et de la libération anticipée de nombreux patients pour atténuer la pression sur les lits d'hôpital.

D'un autre côté, de nombreux utilisateurs ont fait le choix ou sont contraints de s'auto-isoler, y compris de leurs agents PHS. De même, de nombreux travailleurs des PHS s'auto-isolent sur les conseils de santé publique ou respectent les mesures de confinement prises dans de nombreux États membres. En conséquence, de nombreux travailleurs des PHS ne sont pas rémunérés et les secteurs font face à une baisse sans précédent de leur activité. Par conséquent, EFFAT, EFFE, EFSI et UNI-Europa soulignent la nécessité de garantir la sauvegarde économique du secteur des soins à domicile et à domicile et de ses travailleurs et invitent les autorités publiques à:

  • garantir que les secteurs des PHS sont éligibles à des mesures visant à atténuer l'impact financier de la crise, telles que des retards supplémentaires dans le paiement des cotisations de sécurité sociale et des impôts; droit de demander un chômage économique temporaire ou des indemnités de travail de courte durée pour leurs travailleurs en cas de réduction des activités; etc. Ces mesures devraient être accessibles à tous les employeurs de PHS, qu'il s'agisse d'organisations ou de particuliers. Ces mesures permettront d'éviter un nombre élevé de licenciements et la fermeture de nombreuses organisations PHS.
  • soutenir l'adoption de prestations de substitution du revenu pour les travailleurs des PHS. Les niveaux de salaires dans les secteurs sont faibles, et une allocation de chômage économique temporaire ne couvrant qu'un pourcentage du salaire initial (les pourcentages varient selon les pays) met en danger la subsistance des travailleurs des PHS, ainsi que des proches qui en dépendent. À la suite d'accords avec les syndicats et conformément à la législation nationale, les employeurs devraient adopter des mesures empêchant les travailleurs de sombrer dans la pauvreté, telles que le stockage des allocations aux salaires nets.
  • garantir aux travailleurs des PHS l'accès à des informations claires sur leurs droits et à la protection sociale, y compris les congés de maladie payés, les primes de risque et les services de santé. En cas de licenciement, les travailleurs PHS doivent être payés leur salaire et tous les autres droits conformément à leurs contrats, conventions collectives et lois. Une attention particulière devrait être accordée à la situation des travailleurs PHS migrants et, à cet égard, les États membres devraient par exemple envisager d'accorder une extension des droits des résidents en cas de perte d'emploi, si les permis sont liés à l'emploi ou à des employeurs spécifiques. Les informations doivent être fournies dans les langues que les travailleurs PHS migrants comprennent. Dans le cas des travailleurs migrants PHS sans papiers, les États membres devraient envisager de mettre en place une allocation sociale complémentaire, accessible aux travailleurs migrants sans papiers en cas de perte de leur emploi. Le statut d'immigration ne devrait pas être affecté si les travailleurs migrants demandent des allocations de sécurité sociale au cours de cette période, et aucune donnée ne devrait être partagée avec d'autres ministères.(2).
  • soutenir et renforcer le dialogue social dans les secteurs PHS et écouter les conseils des partenaires sociaux afin de sauvegarder cette industrie cruciale et de soutenir leurs travailleurs.

EFFAT, EFFE, EFSI et UNI-Europa inviter les autorités européennes et nationales à reconnaître le rôle crucial joué par les agents des PHS dans la prévention et la lutte contre la pandémie de COVID-19. Nous considérons que les secteurs méritent une attention particulière afin d'assurer un continuum de services pendant la crise au profit des plus vulnérables et afin d'alléger la charge pesant sur le secteur de la santé.

Cependant, il est tout aussi crucial de veiller à ce que les travailleurs des PHS puissent reprendre leur activité dans des conditions adéquates une fois la crise terminée et les secteurs doivent devenir un investissement prioritaire pour la reprise après la crise. Avec suffisamment d'investissements, les secteurs des PHS, à la lumière de la crise COVID-19, pourraient devenir parmi les plus grands secteurs de croissance de l'emploi pour des millions de travailleurs qui chercheront du travail dans une réalité post-COVID-19. Au contraire, si un soutien adéquat n'est pas accordé à l'offre formelle de PHS, il y a un risque élevé qu'une grande partie de la main-d'œuvre soit forcée de travailler sans être déclarée, ce qui aggrave la situation de millions de travailleurs à travers l'Europe et l'emporte sur les gains passés dans la région. .

Pour plus d'informations, vous pouvez contacter:

EFFAT Kerstin Howald, k.howald@effat.org, + 32 476 71 91 79
EFFE Aude Boisseuil, aboisseuil@fepem.fr, + 33 6 26 08 21 66
EFSI Auréle Decker, Aurélie.Decker@efsi-europe.eu, + 32 473 66 48 69
UNI-Europa Mark Bergfeld, mark.bergfeld@uniglobalunion.org, + 32 473 82 74 22

EFFAT est Fédération européenne des syndicats de l'alimentation, de l'agriculture et du tourisme. En tant que fédération syndicale européenne représentant 120 syndicats nationaux de 35 pays européens, l'EFFAT défend les intérêts de plus de 22 millions de travailleurs employés le long de la chaîne alimentaire. L'EFFAT est membre de la CES et de l'organisation régionale européenne de l'UITA.

EF, les Fédération européenne pour l'emploi familial et les soins à domicile, représente les intérêts des parties prenantes nationales, y compris les organisations de partenaires sociaux (travailleurs et employeurs) opérant dans le domaine de l'emploi direct. Ce modèle se caractérise par une relation de travail contractuelle entre deux particuliers, sans aucun objectif commercial ou lucratif.

EFSI, les Fédération européenne des services aux particuliers, est la voix de l'industrie des services personnels et ménagers au niveau européen, représentant les associations nationales, les organisations d'employeurs, les prestataires de PHS et les entreprises impliquées dans le développement des services personnels et domestiques, et opérant actuellement dans 21 États membres de l'UE.

UNI-Europa est Fédération syndicale européenne pour 7 millions travailleurs de service. Il parle pour les secteurs qui constituent l'épine dorsale de la vie économique et sociale en Europe. Basée au cœur de Bruxelles, UNI Europa représente 272 syndicats nationaux dans 50 pays, notamment: commerce, assurance bancaire et banques centrales, jeux, graphisme et emballage, coiffure et beauté, services de technologies de l'information et de la communication, médias, divertissement et arts, Services postaux et logistique, soins privés et assurances sociales, nettoyage industriel et sécurité privée, sport et loisirs professionnels, professionnels / gestionnaires et travailleurs intérimaires.

(1) Sauf indication contraire, nous utilisons le terme «travailleurs PHS» selon la définition du (des) travail (s) domestique (s) dans le Convention 189 de l'OITArticle 1: «a) le terme travail domestique désigne le travail effectué dans ou pour un ou plusieurs ménages; b) le terme travailleur domestique désigne toute personne exerçant une activité domestique dans le cadre d'une relation de travail; c) une personne qui n'effectue des travaux domestiques qu'occasionnellement ou sporadiquement et non à titre professionnel n'est pas une employée de maison. »

(2) Pour plus d'informations, voir: https://www.mrci.ie/2020/03/26/covid-19-emergency-payment/

Déclaration conjointe EFFAT-EFFE-EFSI-UNI Europa Pandémie COVID-19 dans PHS 2020 04 01

%d blogueurs comme ceci: